11/11/2019

Commémoration du 101ème anniversaire du 11 novembre 1918
Cérémonie du 11 novembre 2019 à Soisy-sur-Ecole
 
Un temps de 11 novembre entre bruine et pluie, puis soudain en ce début d’après-midi de 11 novembre, pour célébrer le 101ème anniversaire de la fin des hostilités de la 1ère Guerre Mondiale 14-18, le soleil s’invitait et déchirait les nuages.

C’est sous la houlette de notre maintenant expérimentée maître de Cérémonie, Chloé Letévé, mais aussi grâce aux différents responsables dont la liste suit, qui s’impliquèrent en amont, mais également pendant la manifestation, assistés de nombreux bénévoles, que cette commémoration doit son succès, chaque année, confirmé.

  • Maître de cérémonie : Chloé Létévé
  • Président Union des Anciens Combattants  : Pascal Labbé
  • Accueil du public et ordonnancement des gerbes : Inès Maaroufi
  • Accueil des officiels et placements : Clément Berthon
  • Sonorisation : Noé Marmier
  • Préparation collation : Yvette Labbé
  • Montage du Dispositif : Bernard Marmier
  • Invitation et organisation : Magali Zawadil
  • Préparation technique : Jean-Luc Marie

Cette commémoration nous permet aujourd’hui de partager ensemble un acte citoyen et national, car le 11 novembre est dorénavant pour la France, le Jour de Mémoire.

Dans la matinée, une délégation de notre section Soisy-Nainville de l’Union des Anciens Combattants, conduite par son Président Pascal labbé, accompagné de Monique Gaillard et Clément berthon (Porte-Drapeau), a participé successivement aux commémorations dans les communes de Nainville-les-Roches, Mondeville et Videlle.

A Soisy-sur-Ecole, le rendez-vous est en début d'après-midi. Et c'est ainsi que nous avons vu converger autour de notre Monument aux Morts, un nombreux public, de tous âges, accompagnés de personnalités nationales, départementales, et militaires.

Dès 14h30, le dispositif étant en place, Chloé Letévé, Maire de Cérémonie, introduit la manifestation et rappelle les quatre temps forts de ce 11 novembre avec les allocutions officielles, les remises de distinctions, l’hommage aux Morts, puis l’hommage au carré militaire de notre cimetière. Donnons la parole à Chloé :

"Monsieur le Maire, Madame la Sénatrice, Monsieur le Vice-Président du Conseil Départemental, Madame la Conseillère Départementale, Monsieur le maire-Adjoint de St Germain-sur-Ecole, Mesdames, Messieurs les élus et anciens élus de Soisy-sur-Ecole, Mesdames, Messieurs les portes drapeaux et anciens combattants, Madame et Messieurs les Citoyens d’Honneur, Messieurs les officiers du corps des Sapeurs-Pompiers, Monsieur le Commandant de la brigade de Gendarmerie de Milly, Madame la Directrice de l’Ecole, Mesdames les Enseignantes, Mesdames, Messieurs les Présidents des Associations ou leurs représentants, Mesdames, Messieurs, chers enfants,

Le 11 novembre célèbre à la fois la fin des combats, la commémoration de la victoire et de la paix, et l’hommage aux soldats morts pour la France pendant la guerre 14-18. Ce 101ème anniversaire s’inscrit également dans l’hommage national rendu à celles et ceux qui furent les acteurs de la première guerre mondiale.

Cette cérémonie est placée sous la présidence de Monsieur Philippe Berthon, Maire de Soisy-sur-Ecole.

Nous vous donnons lecture de l’ordre du jour :

· Montée des couleurs
· Allocution de Monsieur le Maire
· Message du Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants
· Remise de distinctions
· Dépôt des gerbes
· Hommage aux Morts pour la France et minute de silence
· Hymne national
· Fin de la cérémonie au Monument aux Morts et remerciements
· Mise en place du cortège pour nous rendre au carré militaire du cimetière de Soisy-sur-Ecole
· Montée des couleurs
· Hommage aux Morts pour la France, dépôt de fleurs par les enfants et les Jeunes Sapeurs-Pompiers, minute de silence
· Hymne national
· Fin de la cérémonie
· Invitation de tous à la collation offerte par la commune Place de la Gare"



Allocution de Monsieur le Maire:

" Mmes et Mrs les Anciens Combattants, les Porte-Drapeaux, ainsi que les représentants du Souvenir Français,
Madame la Sénatrice, chère Laure Darcos,
Monsieur le Vice-Président du Conseil Départemental, cher Patrick Imbert,
Madame la Conseillère Départementale, chère Caroline Paratre,
Monsieur le Maires-adjoint de St Germain-sur-Ecole, cher Jean-Christophe Bernon
Mmes et Mrs les Maires-Adjoints, les élus et anciens Elus de Soisy-sur-Ecole,
Madame et Mrs les Citoyens d’Honneur,
Colonel Kaltenbach, Commandant les Sapeurs-Pompiers du Sud-Essonne
Lieutenant Lemoine, Chef de notre Centre de Secours du Val d’Ecole
Major Ladoucette, Commandant la Brigade de Gendarmerie
Adjudant-chef Chouquet, Commandant-adjoint la Brigade de Gendarmerie
Madame la Directrice de notre école, Mesdames les enseignantes,
Mmes et Mrs les Présidents et représentants des associations,
Nos nombreux enfants, mais également nos jeunes qui se chargent d’animer cette manifestation,
Nous accueillons également ce jour notre nouveau Curé, pour notre secteur paroissial, le Père Santos,
Mesdames, Messieurs, chers Soiséens,

En ce jour, la France commémore le 101ème anniversaire de l'Armistice de 1918.


Comme indiqué par Chloé, notre Maitre de Cérémonie, à 11h, au matin du 11 novembre 1918, les clairons sonnèrent le Cessez le Feu, celui que nous venons à nouveau d’entendre, qui également signifia la fin de la Première Guerre mondiale.

Cette première grande conflagration du XXe siècle s’achevait alors sur son front Ouest et le bilan humain était effroyable avec 19 millions de morts. Rien que pour la France, 1 400 000 soldats tués au combat, soit 27% de la population des jeunes hommes de 18 à 27 ans. Il nous faut ajouter 300 000 civils tués.

Vous le savez, je crois sincèrement en ce devoir de mémoire qui nous réunit aujourd’hui. J'y vois une exigence républicaine et un trait entre toutes les générations.

Cette guerre de 14-18, qui ne fut pas la Der des Der tant souhaitée, nous démontra que si le politique ne s’approprie pas, avec force, ce devoir de mémoire, donc de paix, le conflit meurtrier ressurgit. Et c’est ce qui se passa 21 ans plus tard avec le déclenchement de la seconde guerre mondiale, encore plus meurtrière, qui laissa le champ libre à des pratiques où l’horreur était le quotidien. Je cite bien naturellement la Shoah avec l’élimination de 6 millions de juifs, parce qu’ils étaient simplement de confession israélite, et que cela suffisait, en leur attribuant tous les malheurs de l’Allemagne, voire de l’Europe d’alors.

Je nous pose une question, serions-nous aujourd’hui en mesure de supporter de tels conflits meurtriers. Il est vrai que nous vivons une période de paix depuis 74 années, sur notre territoire et plus généralement en Europe de l’Ouest. Cette question, nous citoyens, je pense que nous devons nous la poser.

La France se l’est posée lors de l’embuscade d’Uzbin en 2008, en Afghanistan qui vit 10 soldats français tués et 21 soldats blessés au combat. Une énorme déflagration en France, nous réalisions tout à coup qu’un nombre important de soldats peuvent perdre la vie pour défendre notre idéal républicain, même très loin de notre territoire. Pourtant, ce nombre de tués fut très inférieur aux pertes des guerres mondiales du 20ème siècle.

Aujourd’hui, en ce 11 novembre 2019, nous allons rendre hommage aux 26 poilus soiséens morts pour la France, aux millions de Français morts pour la France, mais aussi aux 5 soldats français morts pour la France cette année.

Rappelons que la mention « Mort pour la France » honore le sacrifice des combattants morts aux Champs d'Honneur lors d’un conflit où nos militaires sont engagés. C’est le cas de la France avec l’opération Barkhane au Sahel, l’opération Chamnal en Irak et en Syrie, enfin l’opération Daman au Liban.

Depuis 74 ans, nous demandons à nos responsables politiques de s’engager dans la prévention des conflits. Ce thème était cher à Kofi Annan, ancien secrétaire général des Nations Unis, décédé en 2018. Il estimait que le conflit est en soi un trait normal et souvent fort utile du comportement humain. C’est à la faveur des conflits que les sociétés se développent et se transforment. Cependant, le véritable défi consiste à gérer pacifiquement les conflits, en faisant appel à des institutions appropriées, dont les Nations-Unis, les institutions Européennes, l’Union Européenne, pour éviter qu’ils ne deviennent destructifs et meurtriers, nous expliquait-il.

J’imagine que je n’ai guère besoin de vous convaincre de la nécessité de la prévention. Nous savons tous qu’il est beaucoup moins onéreux de prévenir une guerre que de remédier à ses conséquences. Il en est ainsi sur le plan matériel, mais ce qui est beaucoup plus important, c’est que nous pouvons sauver des millions de vies qui, autrement, seraient sacrifiées inutilement et prématurément. Si seulement nous avions pu prévenir la guerre 14-18, mais aussi celle de 39-45, des millions de jeunes gens et de jeunes femmes auraient survécu, prêts à fonder des familles et à contribuer au développement de leur pays, au lieu d’être enterrés sur le champ de bataille ou mutilés pour le restant de leur vie.

Dans cette réflexion, sur, sommes-nous en mesure de supporter de telles déflagrations pour défendre notre pays, la réponse, je ne la connais pas. Par contre, ce que révèle les conflits contemporains, c’est qu’en général, les victimes sont encore plus innocentes et plus vulnérables que ces jeunes gens et ces jeunes femmes : il s’agit de civils non armés, en majorité des femmes et des enfants. Et cela aussi, doit nous faire réfléchir.

En ce jour, nous rendons hommage à ces millions d’hommes tués pendant la Der des Der, mais aussi aux femmes qui furent à la tâche pour rebâtir le pays alors qu’elles perdirent 1 400 000 époux, fils et frères, durent s’occuper de 740 000 invalides et de 3 000 000 blessés et probablement d’autant de traumatisés.

Enfin, nous ne pouvons oublier tous ces enfants, orphelins de père, qui durent se construire avec juste le souvenir glorieux du disparu.

En ce jour de commémorations, j’en appelle à notre devoir de mémoire, afin que le sacrifice et l’espérance qui habitaient chacun, en ces temps terribles, inspirent nos actions d’aujourd’hui en faveur d’un monde de Paix et de Fraternité, que cela nous inspire, pour l’avenir, pour nos enfants.

Que vive notre beau pays de France, et ses valeurs de Liberté, d'Egalité, de Fraternité, dans un monde qui est loin de toujours les reconnaître et de les appliquer.

Vive la république, vive la France."


Message de Madame Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées, lu par Monsieur Claude Alard, Conseiller Municipal

" C’était il y a un siècle.

Un an après la fin des combats de la Grande Guerre, le 11 novembre 1919 fut le premier de la paix retrouvée.

Désormais, le silence domine là où l’orage d’acier a tonné avec fureur. Il règne sur d’innombrables champs de batailles qui ont charrié un si long cortège de morts, de mutilés, de blessés et de traumatisés.

Les traités sont signés, l’allégresse de la Victoire s’est déployée dans une ampleur incomparable le 14 juillet 1919, l’état de siège vient d’être levé, la vie sociale et politique reprend ses droits, la démobilisation poursuit sa lente progression. Les Poilus retrouvent leur foyer, leur famille et leur commune. Ils découvrent une vie bouleversée, une France transformée par une épreuve de quatre années et par de profondes séquelles. Partout, le pays est traversé par la sourde évidence que rien ne sera plus jamais comme avant, que le retour à l’avant-guerre est impossible.
C’était il y a cent ans. Une nouvelle page s’ouvrait. Celle du souvenir, de la mémoire et de l’hommage.

Depuis, inlassablement, les Français sont fidèles à cet anniversaire. En ce jour, dans les nécropoles, devant les monuments aux morts, sur les places de nos villes et de nos villages, toutes les générations – unies et solidaires – se rassemblent et se recueillent.

La Nation se souvient de ceux qui se sont battus pour elle entre 1914 et 1918. Elle n’oublie pas ses enfants tombés au champ d’honneur sur tous les fronts, d’Orient et d’Occident. Elle n’oublie pas le sang versé par des soldats venus d’Afrique, d’Asie, du Pacifique et d’Amérique. Elle salue toutes les nations alliées qui ont partagé le même combat.

Les noms gravés sur nos monuments aux morts nous rappellent constamment les valeurs d’honneur, de courage, de dévouement et de bravoure.

Depuis 2012, chaque 11 novembre est aussi l’occasion d’honorer toutes les filles et les fils de France qui, dans tous les conflits, hier comme aujourd’hui, ont accompli leur devoir jusqu’au don suprême.

En ce jour, la Nation rend un hommage particulier aux soldats morts pour la France en opérations extérieures. En inaugurant un monument national en leur mémoire, le Président de la République inscrit dans la pierre comme dans les mémoires la reconnaissance pleine et entière de tout un peuple pour ses combattants. Haut Lieu de la Mémoire Nationale, ce « monument aux morts pour la France en opérations extérieures » est aussi un rappel : la préservation de notre indépendance, de notre liberté et de nos valeurs repose sur ceux qui ont donné leur vie pour les défendre.



Remise des Distinctions
Remise de distinctions par Monsieur Alain Petit, Vice-Président Départemental de l’Union des Anciens Combattants, Délégué pour le Sud Essonne et Monsieur Pascal Labbé, Président de la Section Soisy-Nainville de l’Union des Anciens Combattants à Mesdames Monique Gaillard et Bernadette Paillard.

Mesdames Gaillard et Paillard se virent attribuer la médaille du Mérite de l’UNC, échelon argent, pour leurs nombreuses années militantes au service de la mémoire combattante.

"Avec toutes nos félicitations".



Remerciements exprimés en fin de cérémonie par Monsieur le Maire

"Je souhaite tous vous remercier, pour votre participation, votre présence aujourd’hui, à vous participants à cette cérémonie, si importante pour notre devoir de mémoire.

Je souhaite adresser une première mention particulière à nos enfants, ceux de notre école amenés avec passion par nos enseignantes. Merci les enfants, merci Mesdames.

Une mention particulière aux jeunes et ados, ils ont de 17 à 19 ans, ils avaient l’âge de celles et ceux qui se sont engagés en 1914. Citons nos jeunes, Chloé, votre Maître de Cérémonie aujourd’hui, assistée de Inès pour piloter les différentes phases de la cérémonie, de Noé à la sono, de Clément pour le placement des invités et personnalités puis comme porte-drapeau pour le compte de L’UNC.

Merci à Yvette et Pascale pour la préparation de la collation et du pot auquel vous êtes tous conviés.

Merci à tous ceux qui étaient présents dès ce midi pour le montage, et qui seront également présents pour le démontage du dispositif, je cites Noé, Julien, Guy, Marcel, Bernard.

Merci au personnel communal notamment Magali et Jean-Luc, qui sont essentiels à la préparation en amont de cette cérémonie.

Merci à nos jardiniers bénévoles pour le fleurissement du Monument aux Morts. Merci aux photographes.

Merci à nos musiciens de Milly-Harmonie. Président Bouet, et à tous vos musiciens, soyez en remerciés.

Merci à nos sapeurs-pompiers du Val d’Ecole, pour votre présence, aussi pour vos actions quotidiennes au service de notre territoire, à nos JSP, creusé de futurs sapeurs-pompiers bénévoles, si essentiels à notre centre de secours.

Merci à vous, les portes-drapeaux, avec une mention particulière à Louis, élève de CM1, à qui échoit l'honneur, cette année, de porter le drapeau des jeunes de Soisy.

Bravo à tous, nous vous applaudissons."

 
Crédit photos: Dominique Monti et Laurence Letévé.