Le tableau original

Version 2019, par Monsieur Claude Bourelly

Origine de la donation de Monsieur Gadin à la Mairie de Soisy sur Ecole en 1928:

La famille Gadin avait acheté une maison Grand-Rue à Soisy en 1925.
Cette famille résidait usuellement à Paris près de la place Pigalle, où elle tenait un magasin de fournitures pour artistes peintres, et aussi une "Académie de peinture". Elle était donc très liée avec ce milieu, ce qui explique sans doute la nature du don fait à la Mairie de l'époque.

Le tableau de la salle du Conseil Municipal:

Le tableau de la salle du Conseil Municipal de la Mairie de Soisy sur Ecole évoque le « Défilé de la Victoire », c'est-à-dire le célèbre défilé militaire du 14 juillet 1919. Il constitue un hommage symbolique à l’ensemble de l’Armée Française, représentée comme une marée humaine autour des Maréchaux Foch (en uniforme « bleu horizon ») et Joffre (en vareuse presque noire et culotte rouge), que l’on aperçoit à cheval côte à côte sous l’Arc de Triomphe ; mais ce n’est pas une vue du défilé tel qu’il eut réellement lieu.

Un peu d’histoire...

Ce défilé est entré dans l’Histoire à plus d’un titre :

- C’était le premier 14 juillet après l’Armistice du 11 novembre 1918 ; en outre le Traité de Versailles venait juste d’être signé, quelques jours avant (28 juin 1919).
- Les troupes passèrent sous l’Arc de Triomphe, où le tombeau du Soldat Inconnu n’existait pas encore; les Champs-Élysées avaient été décorés de façon grandiose par les Beaux-Arts.
- La participation des troupes des armées Alliées, et des Etats amis nouvellement créés, y fut considérable (Etats Unis d’Amérique, Belgique, Grande Bretagne et son Empire, Italie, Japon, Grèce, Portugal, Pologne, Roumanie, Serbie, Tchécoslovaquie…).
- La foule, innombrable, fit un triomphe inoubliable à ses héros : les « Poilus » et leurs chefs.

Dans le tableau, les Maréchaux Foch et Joffre sont situés au milieu de l’Armée Française, ce qui, (outre la disposition des troupes), est historiquement inexact. Voici pourquoi :

L’armée comptait en 1919 trois Maréchaux de France : Joffre, Foch, et Pétain.

Joffre, commandant en chef de l’Armée Française en 1914, l’était resté jusqu’en décembre 1916 ; à cette date, il avait été remplacé par Nivelle, et fait Maréchal (pour les puristes : « élevé à la dignité de Maréchal de France »).
Pétain était à son tour devenu commandant en chef de l’Armée Française en mai 1917 (après Nivelle), et il l’était encore lors du défilé du 14 juillet 1919. Il avait été fait Maréchal en novembre 1918, après l’Armistice.
Foch, lui, n’avait jamais commandé directement l’Armée Française, mais il avait été nommé Généralissime de l’ensemble des armées alliées en mars 1918, et fait Maréchal en août 1918.

Les positions respectives de ces trois Maréchaux dans le défilé posaient donc des problèmes de préséance, qui furent ainsi résolus :

Foch et Joffre, précédés de mille grands blessés, ouvrirent côte à côte le défilé, suivis de l’Etat-Major interallié.
Joffre est facilement reconnaissable sur le tableau, car il avait revêtu l’ancienne tenue de 1914, (décrite plus haut), peut-être pour rappeler qu’en ce début de guerre il avait gagné la bataille de la Marne, le « miracle » qui avait sauvé le pays une première fois.
Foch, lui, est en tenue « bleu horizon », utilisée dès le début de 1915.
Puis défilèrent, par ordre alphabétique, toutes les troupes représentant les armées alliées.
Enfin, emmenée par Pétain, attendue par tous, vint l’Armée Française, qui clôtura le défilé.

Ainsi les Maréchaux Foch et Joffre, qui avaient ouvert ce défilé, n’ont pas franchi l’Arc de Triomphe parmi l’armée Française, qui, elle, a clos le défilé

Le tableau doit donc être vu comme une évocation symbolique, et non comme un « instantané », de ce défilé historique.

Durant les 8 années de transition pendant laquelle les locaux de la mairie ont été "abandonnés", le tableau original s'est malheureusement abîmé. Heureusement, l'un de nos artistes, ancien soiséen, Monsieur Claude BOURELLY, l'a redessiné entièrement à la craie grasse, et l'a offert à la municipalité en 2019, lors de la réintégration des services municipaux dans le bâtiment de la Mairie. Celui-ci trône désormais en juste place, dans le hall d'accueil de la Salle du Conseil.